Agissons maintenant !

Bannissons les plastiques qui étouffent nos océans et nuisent aux humains et à la nature ! Nous avons besoin que tous les pays s’engagent à stopper cette crise d’ici à 2030 avec un accord global et contraignant.(Lire plus)

Bannissons le plastique qui étouffe nos océans !

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Monsieur le Président,

Nos océans font face à une crise sans précédent. Environ 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l’océan chaque année. Nous estimons que 150 millions de tonnes de plastiques sont déjà présents dans les océans car ce problème a été ignoré pendant des décennies ! Nous avons besoin de toute urgence d’un accord universel afin de stopper cette marée de plastiques avant 2030.

Cette pollution plastique a de sérieuses conséquences sur notre bien-être et notre qualité de vie. Elle a aussi des impacts désastreux sur la vie de nos océans - blessant, voire tuant des poissons, tortues de mer, baleines, oiseaux, récifs coralliens et bien d’autres espèces.

Chaque pays a une responsabilité dans la crise des plastiques. Chaque pays doit donc faire partie de la solution : nous avons besoin d’une réponse collective et globale qui oblige les gouvernements à prendre leurs responsabilités pour mettre un terme à la pollution plastique.

C’est pourquoi, nous demandons un accord universel contraignant pour mettre un terme à ces fuites de plastiques dans les océans d’ici 2030. Cet accord devra :

  • Fixer des objectifs stricts de réduction de la pollution dans chaque pays.
  • Pousser chaque pays à mettre en oeuvre des plans d’actions nationaux pour atteindre ces objectifs.

En une génération, nous avons provoqué cette crise des plastiques. Une décennie suffirait pour l’éradiquer.

Ensemble, agissons maintenant !


Merci de remplir tous les champs requis.

Vos informations

Signer avec

* Champ requis

Suivez la campagne

Pour suivre l'évolution de la campagne et nos actions, abonnez-vous à notre newsletter.


Derniers signataires


0 personnes déjà mobilisées. Aidez-nous à atteindre les 200.000